La Lettre de Décembre 2015

Bonjour,

Fondateur de l’association, c’est à moi qu’échoit le rôle d’animer cette newsletter. Alors premier avertissement, puisque l’habitat participatif est un projet collectif, je ne vais pas employer le nous, mais le je. Parce que tout projet collectif commence par une articulation du moi avec d’autres moi, pour donner une sorte de nous, jamais très clair. Et c’est comme cela que je l’aime, le nous. Et c’est ce nous là que je vais essayer de vous faire partager. Un nous issu d’aventures individuelles. Un nous qui se construit dans le respect de l’autre, mais aussi de soi-même. Et l’habitat participatif n’est pas l’émergence d’un nous absolu, objet de nos rêves et de nos fantasmes (ça c’est pour la communauté), mais l’émergence d’un nous de voisinage.

Deuxième avertissement, la deuxième notion vient d’être introduite. C’est une forme de nous intéressante, parce qu’elle rassemble des voisines et des voisins. Bref, des gens pas comme nous, enfin un peu différents, mais pas trop, mais quand même, pas forcément du même âge, de la même classe sociale, ni même de la même culture nationale. Ils pourraient avoir d’autres religions, ou aucune… D’ailleurs on s’en fout… mais on en parle quand même. Des Charlie quoi… Ah bon ? Vous refusez les pas Charlie ? On n’est pas tous obligés d’avoir été cathos… Et bien même là, on a intérêt à être ouverts, à partager, quoi. Surtout dans la période pas claire que nous subissons. Pas franchement sympa. Aussi, notre convivialité est une forme de résistance.

Troisième avertissement, c’est l’aventure d’une idée qui plait à beaucoup de monde et de projets pas franchement commodes à mettre en œuvre qu’on va vous raconter. En prenant appui sur les deux jambes, la première va de l’avant, elle veut beaucoup de projets (en fait on se contenterait de 1% du volume des constructions d’Ile de France), et vise donc à inverser les choix, des habitants pour un terrain, bref on recrute des voisins, et la deuxième (la jambe pour ceux qui ne suivraient pas), c’est la base des collectifs d’habitants en place, installés au chaud dans leur immeuble, qu’on va animer (c’est pour cela qu’on a mis animation dans le sigle), et qui vont se raconter, se rencontrer, faire sens, faire projets, faire projet.


DJ

 

 

Tags: